×

Guinée-Conakry

Lutter contre le SIDA à l’aube d’une autre Guinée

Véronique Rigot Véronique Rigot février 2007

Le mois passé, nous évoquions le partenariat développé par Solidarité Protestante avec des associations burundaise pour lutter contre le SIDA et développer le plaidoyer en faveur de l’accès aux médicaments et aux soins de santé.
Eu Guinée, le SIDA fait également des ravages. Là aussi, l’ONG Solidarité Protestante a développé un partenariat. Ce projet constitue le second volet d’un programme global de lutte contre le SIDA soutenu par l’Opération 11.11.11.

Relativement mal connue, la Guinée-Conakry est une république d’Afrique de l’Ouest située au Sud du Sénégal et du Mali, à l’Ouest de la Côte d’Ivoire et au Nord du Sierra Leone et du Libéria.

Peuplée d’un peu moins de 10 millions d’habitants, ce pays majoritairement musulman voit sa population analphabète (plus de 65% des plus de 15 ans ne sachant ni lire ni écrire) vivre sous le seuil de pauvreté alors que son sous-sol regorge de ressources (bauxite, or, diamant, fer, aluminium, ... ). Comme en de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, les activités principales des Guinéens sont l’agriculture et la pêche artisanale le long du littoral atlantique, les cultures servant principalement à la subsistance. Une partie des prises de poisson et quelques produits agricoles sont destinés à l’exportation (café, patates douces,...), mais ce sont surtout les matières premières minérales qui sont prisées sur les marchés internationaux (le bauxite constitue plus de 70% des recettes d’exportation).

Grève générale

Outre ses ressources agricoles, la Guinée possède pratiquement la moitié des réserves mondiales de bauxite et en est le second plus grand producteur mondial. Elle exporte également de l’or, des diamants, de l’aluminium, du fer,... Ces exportations nourrissent l’économie guinéenne, sans pour autant que la population n’en voie les bienfaits au quotidien. Le niveau de vie s’est fortement dégradé ces dernières années. Le prix des hydrocarbures, mais aussi des biens alimentaires de première nécessité tels le riz ont augmenté au-delà des moyens des Guinéens.

Les mouvements sociaux se mobilisant pour dénoncer la situation, la Guinée est revenue sous les feux de l’actualité début 2007. « La grève générale a débuté le 10 janvier 2007 à l’appel de l’union des syndicats, avec trois revendications : le retour en prison de l’oligarque Mamadou Sylla, accusé de détournements de fonds mais libéré par le président en personne, la démission du ministre des transports et la baisse des prix du riz et des carburants. » . La baisse du pouvoir d’achat, la corruption et l’ingérence du Chef de l’Etat étaient les revendications principales des mouvements sociaux qui ont mené le mouvement de contestation, principalement des syndicats.

En Guinée, les syndicats constituent un véritable contre-pouvoir là où les partis d’opposition se sont révélé désunis et désorganisés face à l’autoritarisme. La Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG) et l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG) demandent des avancées sociales ainsi que la formation d’un gouvernement d’union nationale avec un premier ministre.
La répression de la grève de 2007 aura tout de même coûté quarante-quatre vies humaines...

« Quitte le pouvoir, quitte le pouvoir »

Tel est le refrain du tube reggae du chanteur ivoirien Tiken Jah Fakoli à l’adresse du Président Conté. Un refrain entamé dans les rues de toutes les villes du pays lors des grèves de 2006.

Depuis sa prise d’indépendance en octobre 1958, la Guinée n’a connu que deux présidents. Le premier Président, Touré, refusa la proposition du Général de Gaulle d’intégrer les anciennes colonies françaises au sein d’une « Communauté française » et s’allia à l’URSS, mettant en place un régime socialiste à parti unique.

L’actuel Président, Lansana Conté, prit le pouvoir lors d’un coup d’Etat suite au décès de Touré en 1984. Grâce à un référendum constitutionnel, il s’octroie la possibilité d’une Présidence à vie. Il est ensuite réélu à plus de 95% des voix en 2003. Des votes que beaucoup estiment truqués. Agé et malade, affaibli physiquement et politiquement suite aux grèves générales de 2006 et leur répression, Conté s’accroche néanmoins au pouvoir. Il a annoncé en octobre 2006 qu’il comptait terminer son septennat (jusque 2010).

2007 sera probablement une année de changement : après avoir récemment limogé le n°2 du régime, accepté de nommer un Premier ministre de consensus, et cédé aux demandes des centrales syndicales à l’origine de la grève de janvier, le Président Conté a annoncé qu’il transférera toutes ses prérogatives de chef du Gouvernement au futur premier ministre, dont le nom n’a pas encore été révélé (le pays est privé de premier ministre depuis le printemps 2006).

Des élections parlementaires devraient par ailleurs avoir lieu en juin 2007, l’opportunité pour les Guinéens de renouveler l’Assemblée Nationale.

La lutte contre le SIDA, une priorité

C’est dans cet espoir d’un changement politique futur et de l’avènement de la démocratie que travaille quotidiennement la Mission philafricaine en Guinée (MPA) avec Solidarité Protestante depuis 2001, afin que chacun ait droit à la santé et que les intérêts des personnes malades ne soient pas oubliés.

La MPA a une expérience de plus de vingt ans en Guinée, principalement dans le domaine de la santé, mais aussi dans l’agriculture et l’éducation.

Elle bénéficie de la reconnaissance de l’Etat pour les actions qu’elle mène, et a créé un partenariat avec le Ministère de la Santé aux côtés duquel elle s’est engagée dans le renforcement et le développement des structures et programmes sanitaires. Elle met un accent particulier sur les maladies endémiques chroniques qui sont particulièrement liées à la pauvreté.

D’autre part, la MPA a travaillé pendant un peu plus de dix ans à la mise en place de l’ensemble de la structure sanitaire dans la préfecture de Macenta (région forestière au Sud-Ouest du pays, proche du Libéria), au travers d’un projet de Soins de Santé Primaire. Au long de ces années, la MPA a également soutenu un service d’ophtalmologie à Macenta, service d’envergure nationale, plus particulièrement spécialisé dans les interventions de la cataracte.

Mais, rappelle Solidarité Protestante, l’objectif du programme et du partenariat est de contribuer à la réduction de la transmission du VIH et prendre en charge les personnes vivant avec le VIH. La sensibilisation, le dépistage, le conseil, le traitement des maladies opportunistes et le traitement aux ARV sont les principales composantes du programme.
Le constat du Programme des Nations Unies pour le Développement est en effet assez catastrophique : « Le SIDA est désormais l’une des premières causes de mortalité et de morbidité chez l’adulte guinéen et le taux actuel de séroprévalence (1,5% en 2005 selon EDS) classe la Guinée dans la catégorie des pays ayant une épidémie généralisée. Selon les projections de l’étude sur l’impact socioéconomique du VIH/SIDA en Guinée, le pourcentage de décès liés au SIDA chez les personnes âgées de 15 à 49 ans devrait atteindre entre 27% et 37% en 2015. »

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre Newsletter