×

Climat

Les Etats vulnérables s’unissent pour plus de justice climatique : Où est la Belgique ?

Rebecca Thissen Rebecca Thissen 23 novembre 2018

Ce 22 novembre, entre la sortie du rapport spécial du GIEC et le lancement de la 24e Conférence des Nations unies sur le climat en Pologne (COP 24) s’est tenu le premier rassemblement politique virtuel jamais organisé pour réduire les émissions et créer de nouvelles bases pour la diplomatie climatique. Ce sommet a été organisé par le Climate Vulnerable Forum (CVF), la coalition des pays les plus vulnérables face aux changements climatiques. Cette plateforme de coopération Sud-Sud permet aux gouvernements membres d’agir ensemble pour faire face au réchauffement mondial. 

Le Sommet virtuel du CVF de 2018 vise à relever les niveaux d’action et d’ambition en matière de climat au cours de la période 2018-2020 pour protéger les communautés les plus vulnérables du monde des impacts du changement climatique. Cet événement s’inscrit dans le cadre du Dialogue Talanoa [1]. Conformément à la tradition fidjienne, ce sommet cherche à encourager le partage d’histoires et de perspectives sur les risques du réchauffement climatique mais aussi sur les nouvelles opportunités liées à l’action climatique, en soutenant les décisions qui servent le bien commun. Le Sommet n’est ouvert qu’à ceux qui seront prêts à s’engager à renforcer leur ambition et leur action d’ici 2020.

Hier l’occasion a été donnée à toutes les nations de faire preuve de leadership et de s’engager à être plus ambitieux en solidarité avec les plus vulnérables. Des chefs d’État ou de gouvernement, des représentants de haut niveau ont été invités à participer et à manifester leur intention de relever leurs ambitions, notamment en ce qui concerne la mise à jour de leurs contributions nationales déterminées (CDN). Ce sommet à émissions minimum a eu lieu entièrement en ligne, des leaders se sont joint à la retransmission en direct ou par le biais de segments vidéo préenregistrés. Le public - gouvernements, entreprises internationales, villes, États, société civile et médias - a pu participer de manière interactive au programme du Sommet.
 
Une fois de plus, on peut déplorer que la Belgique brillait par son absence. L’impulsion de ce sommet a été positive à plein de niveaux : les Iles Marshall ont annoncé le rehaussement de leurs engagements pour avant 2020, le gouvernement de Vanuatu a déclaré qu’il envisageait de poursuivre en justice les entreprises de combustibles fossiles qui continuent de contribuer aux changements climatiques, et de nombreux Etats européens (dont les Pays-Bas et la France) ont participé au Sommet en envoyant leurs discours en vidéo. Cependant, aucune déclaration n’a été faite par notre petit pays. On sait pourtant que limiter le réchauffement à 1,5°C est crucial pour l’ensemble de la planète. On sait aussi que ne pas dépasser ce seuil est tout simplement vital pour les pays les plus vulnérables face aux changements climatiques.

Tags: Climat

[1Le Dialogue Talanoa, ou dialogue facilitateur, est le mécanisme institué lors de la COP23 par la Présidence fidjienne qui comme objectif de rehausser l’ambition climatique globale. La phase préparatoire du mécanisme s’est déroulée tout au long de l’année 2018, grâce à l’organisation de divers événements mettant Etats, gouvernements, entreprises et société civile autour de la table. Le dialogue se clôturera lors de la phase politique, la deuxième semaine de la COP 24.

Inscrivez-vous à notre Newsletter