×

Le CNCD-11.11.11 condamne les propos du ministre Reynders

24 août 2019

Après avoir pris connaissance de la réponse du ministre Reynders du 25 février dernier à deux questions parlementaires concernant le mandat de négociation d’un accord commercial entre l’UE et les Etats-Unis, le CNCD-11.11.11 condamne les propos injurieux du ministre.

En effet, le ministre des affaires étrangères Didier Reynders a qualifié de « fake news » les « mensonges » « impunément répandus sur les réseaux sociaux  » en citant un tweet d’un chargé de recherche du CNCD-11.11.11 qui précisait qu’« il se confirme que le nouveau traité transatlantique imposé par Trump sera discuté ce 18 mars au Conseil » et qui demandait au ministre quelle serait la position de la Belgique .

Dans sa réponse écrite au Parlement, le Ministre s’est dit « choqué de voir que des organisations financées par la coopération belge se permettent de répandre impunément de tels mensonges sur les réseaux sociaux » et a précisé « qu’il n’a jamais été question d’inscrire – ni au Conseil du 18 mars ni d’ailleurs au Conseil européen, comme indiqué dans un autre tweet mensonger – de prétendues discussions sur ce traité puisque, je le rappelle encore, elles ont été suspendues en 2016. »

Or le mandat a bien été voté par le Conseil des Etats membres de l’UE le 15 avril dernier, malgré le vote négatif de la France et l’abstention de la Belgique. Cette abstention exprimée par la Belgique tendrait d’ailleurs à faire mentir le ministre Reynders lui-même, qui dans la même réponse précisait que « la position belge coordonnée avec les gouvernements des entités fédérées belges (…) était un soutien de principe à ces négociations ». Pourquoi dès lors une abstention, finalement ?

En outre, la question posée au ministre concernait bel et bien le « nouveau » traité transatlantique, et pas le TTIP comme il a feint de le comprendre. Cela était clairement indiqué dans les conclusions du Conseil européen des 21 et 22 mars réunissant les chefs d’Etats européens : « Le Conseil européen demande que les mesures nécessaires soient prises en vue de la mise en œuvre rapide de tous les éléments de la déclaration conjointe UE-États-Unis du 25 juillet 2018 » [1] ?

La réponse du ministre Reynders est une ultime démonstration de la « trumpisation » de plusieurs membres du gouvernement sortant, multipliant les attaques infondées envers les organisations de la société civile et abusant des accusations de « fake news » pour mieux éviter de devoir débattre sur le fond sur base d’éléments objectifs .

[1Conclusions du Conseil Européen des 21 et 22 mars https://data.consilium.europa.eu/doc/document/ST-1-2019-INIT/fr/pdf

Les droits humains d’abord !



Disciplinons les multinationales, refusons une justice qui les privilégie.
]

Lire aussi

Manifestation de la FUGEA dans els rues de Bruxelles à l'annonce de l'accord

UE-Mercosur : un projet d’accord déjà controversé

L’Union européenne (UE) et les pays du Mercosur ont signé le 28 juin dernier un accord de libre-échange en cours de négociation depuis 20 ans. Ce projet semble incompatible avec les objectifs climatiques, la souveraineté alimentaire et le (...)


  • Stephane Compère

    16 juillet 2019
  • Lire
Au-delà des négociations gouvernementales, l'avenir de l'humanité

Au-delà des négociations gouvernementales, l’avenir de l’humanité

A l’heure où les pourparlers pour la formation du gouvernement wallon s’éternisent, des associations environnementales rappellent qu’il y a urgence pour le climat. Ce mercredi s’entame une nouvelle étape en vue de la formation d’un gouvernement en (...)


  • Arnaud Zacharie, Nicolas Van Nuffel ...

    10 juillet 2019
  • Lire
Les leçons politiques de l'avis de la Cour de Justice sur le CETA

Les leçons politiques de l’avis de la Cour de Justice sur le CETA

L’avis de la Cour de Justice sur le CETA signifie qu’il n’y a plus d’obstacle juridique à sa ratification. Mais cette leçon juridique masque deux leçons politiques : la clause d’arbitrage ISDS est illégale et la résistance wallonne n’a pas été vaine. (...)


  • Arnaud Zacharie

    4 juillet 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter