×

Communiqué

L’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire à l’école, ça marche !

29 octobre 2018

Les enseignant-e-s plébiscitent les activités d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire (ECMS) organisées par les ONG, selon une étude réalisée en 2018 à la demande d’ACODEV.

Depuis de nombreuses années, un nombre important d’ONG développent des activités d’ECMS très diversifiées, notamment en milieu scolaire. Leur objectif est de faciliter une compréhension globale des enjeux mondiaux et de favoriser l’action citoyenne pour un monde juste, durable et solidaire. Quels sont les résultats de ces activités ? Comment les enseignant-e-s évaluent l’impact des interventions des ONG à l’école ?

L’étude « Perception des enseignant-e-s quant à l’impact des interventions d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire (ECMS) dans l’enseignement obligatoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) », réalisée par le bureau d’étude DRIS à la demande d’ACODEV au nom de ses ONG membres actives en milieu scolaire, et en collaboration avec le programme fédéral Annoncer la Couleur (ALC), a voulu répondre à cette question.

Les résultats sont sans appel : les enseignant-e-s plébiscitent les activités d’ECMS, qui sont jugées positivement par la très grande majorité des personnes sondées.

Les enseignant-e-s estiment que ces activités permettent de contribuer de manière positive et significative à l’acquisition de compétences telle que souhaitée par la FWB, tout en développant des savoirs complémentaires à ceux que peut leur fournir le contenu obligatoire de l’enseignement. Elles favorisent l’initiative, l’innovation et la diversification des méthodes pédagogiques et des contenus au sein de la classe et de l’école. Elles développent chez les élèves une plus grande ouverture d’esprit, stimulent la curiosité et la tolérance, et les encouragent à développer une vision plus solidaire du monde.

Pour les personnes interrogées, la qualité et la pertinence des activités d’ECMS, et donc l’importance de leur effet et impact sur les élèves, s’expliquent d’abord par la plus-value de l’apport externe des intervenant-e-s, et par le lien très fort de l’ECMS au concret, à la réalité du terrain.

Au niveau du renforcement du corps professoral, les interventions d’ECMS permettent notamment aux enseignant-e-s de faire évoluer le contenu de leur formation, de se renouveler, et de rester mobilisé-e-s et informé-e-s par rapport à ce qui se passe en dehors de l’école.

Au vu de ces résultats très positifs, l’étude encourage les acteurs-trices de l’ECMS à continuer à améliorer leurs activités pour en démultiplier l’impact. Elle recommande aussi de garantir un financement stabilisé et suffisant de ses activités, et appelle les ONG, ACODEV et Annoncer la Couleur à redoubler d’efforts pour mieux faire connaître l’ECMS auprès du monde scolaire.

Tags: Education

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre Newsletter