×

Belgique

Ces communes qui ne veulent pas du TTIP

Eric Walravens Eric Walravens 20 juin 2016

En Belgique, pas moins de 48 communes se sont déclarées « hors TTIP ».

MICmag - Le TTIP, vous connaissez ? C’est le petit nom de l’accord commercial transatlantique que négocie actuellement la Commission européenne avec les États-Unis.

Objectif ? Créer l’une des plus grandes zones de libre-échange au monde et stimuler l’économie. Sauf que tout le monde n’est pas convaincu. Et ce n’est pas juste un petit village gaulois qui résiste à l’envahisseur.

En tout, 156 conseils communaux ont voté des motions défavorables à l’accord. Les majorités de gauche sont les plus hostiles, mais elles n’ont pas le monopole. À Mons, la majorité PS-MR s’est prononcée contre l’accord transatlantique. À Auderghem, le MR et DEFI ont proscrit non seulement le TTIP, mais aussi l’accord du même type en passe d’être conclu avec le Canada (CETA). En Région bruxelloise, la plupart des communes sont « hors TTIP ». Mais pas Uccle, terre d’élection de notre ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, ardent partisan de l’accord.

Le plus frappant est de constater à quel point la Wallonie et Bruxelles se mobilisent – pour ou contre le traité –, alors que les communes flamandes lui réservent leur totale indifférence. Seules Louvain et Gand, deux bastions plutôt progressistes, ont voté des résolutions défavorables au TTIP. Le reste de la Flandre n’a pas jugé utile de se prononcer. Une indifférence parfaitement compréhensible, puisque les communes n’ont aucune compétence en la matière. Il n’en reste pas moins que l’opposition des communes est un symbole marquant.

Le cas de la ville de Bruxelles est le plus piquant : la capitale de l’Europe, siège de la Commission, s’est en effet déclarée hostile à l’accord que celle-ci négocie. Drôle de paradoxe.

Source : MICmag, avril 2016.

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre Newsletter