×

Au Katanga, la voie coopérative mène au développement

17 novembre 2017

Au Katanga, une région de République démocratique du Congo (RDC) confrontée à une situation politique instable et une crise économique profonde, le Mouvement ouvrier chrétien du Congo (MOCC) accompagne des communautés locales dans leur développement. Objectif : soutenir et renforcer les capacités de coopératives agricoles pour générer de vraies perspectives auprès de populations fragiles.

Le Mouvement Ouvrier Chrétien du Congo (MOCC) est une coupole de plusieurs organisations (syndicats, mutuelles, vie féminine, etc.). A travers l’ONG Solidarité Mondiale, il bénéficie du soutien de l’Opération 11.11.11.
Les services offerts à la population congolaise par le MOCC et ses membres sont multiples : défense des droits des travailleurs, formation continue, accès aux soins de santé, initiatives d’économie sociale, etc.
Le mouvement compte près de 70.000 bénéficiaires, dont plus de 42.000 femmes.
Ces dernières années, le Mouvement a joué un rôle très actif au Katanga, une région minière pauvre située au sud-est du Congo.

La coopérative agricole créée à Kipushi (une ville proche de Lubumbashi) illustre cette dynamique.
A travers elle, les cultivateurs sont incités à mutualiser leurs ressources et les risques. Les coopérateurs y prennent eux-mêmes en charge leur participation financière, mais laissent le MOCC jouer un rôle d’intermédiaire pour l’obtention de crédits pour l’achat des intrants agricoles.

Astrid Tshikomba, qui en est devenue membre, était réticente à s’engager au départ. Cette mère de quatre enfants, âgée aujourd’hui de 61 ans, ne croyait pas en la capacité d’association car elle avait vécu l’une ou l’autre mauvaise expérience avec plusieurs personnes et même avec une ONG qui était venue avec de beaux projets, mais qui n’avait pas tenu ses promesses. Parmi ceux qui l’avaient déçue, on retrouvait même des députés et des ministres qui n’avaient pas tenu leurs engagements envers les communautés locales du Katanga. Elle ne voulait pas perdre son temps à écouter des discours sans lendemain. Son beau-frère a insisté pour qu’elle participe aux réunions, et Astrid a finalement accepté, sans trop y croire.

Mais grâce à la coopérative et au soutien du MOCC, elle a pu obtenir des intrants agricoles, via un crédit remboursable après la récolte. Cette aide a porté ses fruits.

Alors que la coopérative était sur le point de réaliser sa première grosse récolte, une invasion de chenilles a menacé de réduire à néant les plantations de maïs. Abandonnée par l’administration du village, la coopérative a à nouveau pu compter sur le soutien du MOCC, qui lui a procuré, à ses propres frais, des produits phytosanitaires qui ont permis d’enrayer l’invasion. Astrid a donc pu rembourser son crédit auprès du MOCC, et même conserver une partie supplémentaire des récoltes.

Avant l’accompagnement du MOCC, Astrid ne parvenait pas à récolter plus de 150 kilos de maïs par an. Actuellement, elle en récolte plus de 2.000, et elle revendique une vraie ouverture d’esprit grâce aux formations reçues.

A la suite de cette belle récolte, Astrid a mieux organisé la répartition de ses revenus : éducation des enfants (envoyer son dernier fils à l’école secondaire), satisfaire les besoins alimentaires de la famille, garder une partie pour le remboursement du crédit et l’achat de nouveaux intrants.

Parmi ses défis futurs, Astrid évoque la création d’un magasin de stockage des récoltes, d’une école ou d’un centre de santé dans la localité. Elle compte à nouveau sur le MOCC pour l’aider à développer ces infrastructures. Aujourd’hui, elle affirme sans hésiter que l’organisation coopérative mène à un véritable développement.

Lire aussi

Manifestation de la FUGEA dans els rues de Bruxelles à l'annonce de l'accord

UE-Mercosur : un projet d’accord déjà controversé

L’Union européenne (UE) et les pays du Mercosur ont signé le 28 juin dernier un accord de libre-échange en cours de négociation depuis 20 ans. Ce projet semble incompatible avec les objectifs climatiques, la souveraineté alimentaire et le (...)


  • Stephane Compère

    16 juillet 2019
  • Lire
Le scandale de la faim augmente silencieusement
Communiqué de presse

Le scandale de la faim augmente silencieusement

Les Nations Unies viennent de publier le rapport sur l’état de la faim dans le monde. Le constat est amer. Pour la quatrième année consécutive, la faim augmente pour atteindre 821, 6 millions de personnes, correspondant au même niveau qu’il y a dix (...)


Inscrivez-vous à notre Newsletter