×

Aider le Sud, c’est aussi dans notre intérêt

18 décembre 2017

L’aide publique au développement, uniquement une affaire de solidarité ? La réponse est non. Si aider les pays du Sud répond d’abord à un impératif éthique, ce soutien répond à l’intérêt des pays donateurs. Réduire la pauvreté, augmenter la stabilité permet d’éviter des « effets boomerang ».

Les conflits qui se multiplient dans le voisinage de l’Europe, leurs répliques violentes sous la forme d’attentat, les réfugiés que ces violences mettent sur les routes sont autant de maux qui nécessitent d’être traités à la source.
Si elle n’apporte pas de solutions miracles à ces problèmes, l’aide au développement contribue à apporter des solutions sur le long-terme, afin d’atténuer la pauvreté et les conflits.

Reconstruction des Etats fragiles ou post-conflits, financement de l’adaptation au changement climatique, éradication des grandes pandémies, développement de systèmes de protection sociale sont autant d’objectifs à long-terme de l’aide publique au développement.

Mettre les moyens pour atteindre le niveau de 0,7% du PIB n’est en rien une politique inutile, ni complétement désintéressée : sur le long-terme, elle permet de réduire la pauvreté et les conflits, ainsi que leurs effets boomerang en Europe.

Inscrivez-vous à notre Newsletter