×

CAD-Mali

CAD-Mali

La Coalition des Alternatives Africaines Dette et Développement (CAD - Mali) est un mouvement social d’alternatives populaires. Il regroupe environ cent trois organisations membres d’horizons très divers : organisations de paysans, de femmes, de jeunes, d’handicapés, de tradithérapeutes, d’opérateurs économiques locaux, d’ONG, de syndicats, de confessions religieuses musulmanes et chrétiennes ou encore des personnes engagées pour la cause des peuples. Elle est présente à l’intérieur du Mali à travers ses 8 antennes de relais dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal.

Le CNCD-11.11.11 soutient la CAD-Mali depuis 2002. Ce partenariat a permis de soutenir l’organisation d’un forum des peuples, pendant plusieurs années, avant de se structurer pour permettre un soutien à l’ensemble des activités de la CAD : thés politique (débats publics de sensibilisation), forum des peuples, assistance juridique aux paysans victimes d’accaparement de terres et autres litiges fonciers. La CAD a également participé à l’opération 11.11.11 sur le droit à l’alimentation en 2013.

La CAD/Mali, dans sa dimension politique d’appui aux luttes sociales, a quatre objectifs prioritaires :

  • Lutter pour l’annulation inconditionnelle des dettes publiques (odieuses, illégales, immorales, injustes, illégitimes) à travers l’analyse de leurs conditionnalités, traçabilité et utilisation ;
  • Renforcer les capacités d’analyse des politiques économiques et budgétaires, sociales et environnementales, de veille et de plaidoyer des mouvements sociaux et des couches sociales sur les mécanismes de construction de la pauvreté de l’injustice et leurs conséquences socio-économiques, politiques et environnementales par des actions d’information, de communication et de formation ;
  • Renforcer la collaboration avec les mouvements sociaux, les réseaux et alliances qui militent pour la justice sociale et économique au niveau national et international en vue de la sauvegarde et de la promotion des services sociaux de bases publiques essentiels à la vie (terre, eau, santé, éducation, air, forêts, mines, patrimoine culturel) ainsi que la prise en compte du genre dans le processus de développement ;
  • Construire de nouvelles stratégies et alternatives panafricaines de développement et de luttes pour le rapatriement des biens volés en Afrique et la réparation des dommages causés (dette, historique, écologique et coloniale).

Inscrivez-vous à notre Newsletter