×

Élections 2019 : les réponses de partis

Pour la souveraineté alimentaire

Deux modèles s’affrontent : agro-écologie contre agriculture industrielle

15 mai 2019

Si l’on en croit les réponses au questionnaire du CNCD-11.11.11, la majorité des partis défendent un changement de modèle, pour renforcer l’agriculture familiale et paysanne, à la fois en Europe et dans les pays en développement. Pour le MR cependant, cette agriculture ne doit pas constituer le seul modèle et il faut continuer à soutenir les exploitations conventionnelles.

La souveraineté alimentaire expliquée en une minute

CNCD-11.11.11, Bonjour
https://youtu.be/nlYZEOij9JQ

La souveraineté alimentaire est, dans le mémorandum du CNCD-11.11.11.11, le principal point de divergence entre le Mouvement réformateur et les autres partis politiques. En effet, quatre autres formations répondent positivement aux six questions que nous leur avons posées. Elles s’engagent donc à faire de la transition vers une agriculture familiale, paysanne et de type agro-écologique la priorité de leur action à la fois en Europe, via la Politique agricole commune (PAC), et dans les pays du Sud, via la coopération au développement. Ces partis insistent dans leur réponse sur l’importance d’utiliser la prochaine PAC pour la réorienter « en faveur des agriculteurs actifs, de l’agriculture familiale (et en particulier les petites fermes), de l’installation des jeunes agriculteurs » (cdH), et de « réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur agro-alimentaire, de promouvoir le développement de circuits courts, de lutter contre le gaspillage alimentaire et d’interdire les pesticides qui présentent un risque pour la santé et l’environnement » (PS).

De même, ils s’engagent à consacrer 15% de l’aide publique au développement à l’agriculture familiale et paysanne, ce qui, pour Ecolo, « doit vraiment être une priorité de notre politique de coopération car c’est la base de la résilience des populations précaires ». Ils prennent aussi la résolution d’interdire les agrocarburants de première génération, qui « ne résolvent en rien le problème de mobilité et du climat et accaparent des terres cultivables » (PTB).

Le MR, par contre, refuse de prendre l’agriculture familiale comme seul modèle et ne soutient que 3 revendications sur 6. « Nous voulons que la PAC renforce le développement de l’agriculture de qualité différenciée et biologique, sans pour autant opposer les différents modes de production de notre agriculture », répond ce parti. Le MR est par ailleurs d’accord avec le principe de soutenir l’agriculture via la coopération mais « sans citer un pourcentage précis consacré à ce point ». Défi, qui soutient les autres revendications, estime quant à lui que « 15 % est peut -être difficilement réalisable ». Rappelons qu’il s’agit là d’un engagement de longue date, que la Belgique a rempli dans le passé, avant de s’en écarter, comme le montre le bilan de la législature que nous publions par ailleurs.






Inscrivez-vous à notre Newsletter