Le TTIP, c’est la victoire de l’agro-business contre la petite agriculture familiale

Le NAFTA, principal précèdent historique similaire au TTIP (traité USA-Mexique-Canada), a mis sur la paille 4,9 millions de petits agriculteurs mexicains et créé 3 millions de travailleurs saisonniers dans les industries agro-exportatrices. Perte nette : 1,9 millions d’emplois.

Le TTIP, c'est la victoire de l'agro-business contre la petite agriculture familiale

La taille moyenne d’une ferme est de 12,6 Ha en Europe et de 169 Ha aux Etats-Unis. L’UE compte 14 millions de fermes contre seulement 2 millions de (gigantesques) fermes aux USA. Inclure la libéralisation des échanges agricoles dans le TTIP et le CETA favoriserait inévitablement l’agro-industrie tournée vers l’exportation au détriment de l’agriculture paysanne locale.

Une étude du Département de l’Agriculture du gouvernement américain démontre que le TTIP bénéficiera principalement à l’agro-industrie américaine et renversera la balance commerciale agricole, actuellement bénéficiaire pour l’Europe. Qu’avons-nous à y gagner ?

Dans le CETA, le Canada annonce avoir obtenu le droit d’exporter 50.000 tonnes de bœuf et 75.000 tonnes de porc supplémentaires vers l’UE. Du côté européen, nul ne sait qui sont les agriculteurs qui perdront ces parts de marchés.